mardi 13 juin 2017

Tantra et... épilation!




"Mais qu'est-ce que l'épilation à avoir avec le tantrisme, elle est tombée sur la tête ou bien ?!"

Ça y'est, c'est l'été! En tout cas ici en Suisse, et en l’occurrence à Genève, il fait déjà caniculaire. Bon, oui, j'avoue, en bonne fille du nord que je suis, au-dessus de 25°C, c'est déjà trop...

Du coup, vous devez-vous demander si le soleil m'a tapé trop fort sur la caboche, non? En fait, c'est juste qu'en surfant sur la toile ce matin, j'ai lu un article intéressant sur l'épilation des parties intimes, que l'on appelle généralement "maillot". Du coup, j'ai eu envie de vous écrire un billet un peu "WTF", parce que j'adore la dérision et bousculer les convenances pour vous faire réfléchir!

La question de la culture


L'épilation est une pratique qui existe depuis des siècles, voire des millénaires. A savoir que selon les cultures, le rapport au poil, particulièrement pubien, peut être assez différent, allant de l'attribut de séduction jusqu'au tabou...

En Afrique Centrale, la poil serait très apprécié et même érotisant, au point que certaines femmes chercheraient même à augmenter leur pilosité.

Dans les pays arabes, l'épilation du pubis et des aisselles est une pratique hygiénique obligatoire enseignée par l'Islam. Par contre, ce dernier interdit de s'épiler le reste du corps car la chose est considérée comme une recherche excessive de la beauté et une tentative de s'éloigner de l'apparence donnée par dieu. Ceci-étant, dans la culture traditionnelle, l'épilation intégrale est un pratique ancestrale transmise de mère en fille, et ce particulièrement en prévision de la nuit de noces.

En Inde, la chose est mitigée : d'une part, il y a rejet total du poil avec épilation forcenée, d'autre part, ce dernier est tout de même traditionnellement vu comme érotique dans l'intimité. Ceci étant, l'épilation intégrale de la mariée resterait de coutume dans la haute société.

En Asie, le poil est généralement bien moins toléré, au point que ce dernier soit même censuré jusque dans les médias. En outre, dans les castes de courtisanes, il était d'usage d'éradiquer toute pilosité (sauf les cheveux et les sourcils), rituel de beauté adopté finalement par beaucoup de femmes.

Enfin, dans nos pays occidentaux, la "bataille" fait rage, entre celles qui revendiquent le droit au poil pour asseoir leur féminité tout en maudissant l'autre qui pense différemment, et celles qui le bannissent avec dégoût pour affirmer leur... féminité (et les hommes ne sont pas en reste sur la question, loin de là). Absurde, vous avez dit absurde? Si tous les goûts sont dans la nature, la tolérance, elle, fait défaut de part et d'autre.

La question de l'hygiène


On a inventé une multitude de manière de se délester de notre pilosité : rasoir, abrasion, épilation à la cire, au miel, au fil, électrique, à lumière pulsée ou encore au laser. Temporaire ou plus ou moins définitive, aucune de ces méthodes ne sont sans un risque minimum, allant de la petite coupure aux poils incarnés, en passant pas la sensibilisation cutanée jusqu'aux brûlures.

Si vous vous décidez pour l'épilation, il est recommandé d'aller chez un professionnel de l'esthétique. Mais choisissez le bien, car la santé de votre épiderme, et donc votre santé tout court, dépendra de plusieurs paramètres : l'hygiène du lieu et du praticien lui-même, son expérience et sa bonne connaissance théorique et pratique des techniques utilisées, mais aussi la nature de votre peau et sa plus ou moins bonne tolérance au traitement qui lui sera infligé.

N'oublions pas que le poil, et particulièrement le poil pubien, à initialement un rôle protecteur. S'en délester impose donc prudence et vigilance : vous n'avez pas envie d’encourir une irritation voire une infection génitale en raison d'une coupure ou d'un poil incarné mal placé, n'est-ce-pas?

Bref, quoique vous fassiez, restez attentif à votre hygiène et apprenez à connaître votre peau. Soignez-la, faites des gommages avant de vous épiler, hydratez-la bien après (même si vous ne vous épilez pas, d'ailleurs) et évitez les sous-vêtements synthétiques.

La question du Tantra


Je ne parle pas ici de culture, de croyances religieuses, de dogmes ou superstitions en tout genre. Parce que vous l'aurez compris, le VRAI tantra est un état d'esprit avant tout, un rapport dévotionnel à l'univers dont nous faisons intégralement partie, un amour du vivant qui s'affranchit des dépendances mentales, sentimentales, émotionnelles et pulsionnelles.

En d'autres termes, poil ou pas poil, peu importe. La chose est question de goût et de confort personnel. Mais en aucun cas de soumission à un quelconque dictat de la mode ou de traditions culturelles, au jugement d'autrui ou à cette revendication presque "politique" très en vogue depuis quelques décennies.

Car, détester une part de soi (ou s'y accrocher désespérément), tout comme s'assujettir à l'avis et au regard de l'autre pour mener sa barque existentielle, c'est tout sauf tantrique!

Alors, prêt(e)s à s'affranchir de toute dépendance abrutissante? C'est par ici!

Texte sous copyright - tous droits réservés - 2017 - Liyane Bliksem

*******

Aimeriez-vous enfin goûter au véritable massage tantrique, et en finir avec son faux frère érotique qui en usurpe le nom? Voudriez-vous accéder à l'enseignement du Tantra Yoga, antique et authentique, loin du new-age ambiant? Alors n'hésitez plus :

www.kamatantrayoga.com